Menu

NOS PROCHAINES SÉANCES

Le 27 avril 2017 à 14h30

Images, témoignages, et mémoires des maquis
en France pendant la Seconde Guerre mondiale

à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville
en partenariat avec le Souvenir Français :

Le sujet sera introduit par Fabrice Grenard historien auteur de Maquis noirs et faux maquis (2011, Editions Vendémiaire)
Nous projetterons un extrait du film de Sylvie Lindeperg, réalisé par Ginette Lavigne  Après la nuit ainsi que quelques témoignages des fondateurs du Vercors.
Notre témoin sera M. Yves Meyer qui a participé à la création du maquis d’Albiez-le-vieux et est devenu chef régional au service national des maquis des M.U.R.
Enfin M. Serge Barcellini, Contrôleur général de armées et Président général du Souvenir Français, parlera de la mémoire actuelle. Serge Barcellini a écrit avec Annette Wieviorka Passant, souviens-toi (1995, Editions Plon) .
Cette séance est soutenue par l’équipe de la série télévisée Le village français qui nous a aimablement donné des interviews de résistants et que nous remercions.

EN SAVOIR PLUS

TÉLÉCHARGER L’INVITATION


Jeudi 4 mai 2017 à 18h

En avant-première

Qui était Bernard Natan,
le fantôme de la rue Francoeur ?

à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville

 

Les réalisateurs du film Jean Zay, ministre du cinéma retracent maintenant l’histoire de Bernard Natan, personnage phare de l’industrie cinématographique d’avant-guerre.
Bernard Natan, français d’origine roumaine, (né Natan Tannenzapf) inaugure les studios de cinéma de Montmartre en 1927. Quelques années plus tard, il prend la direction de la firme Pathé qu’il va transformer en Pathé Natan. Toutes les activités de Pathé cinéma vont rejoindre la rue Francoeur et, très vite, il propulse « la firme au coq » dans une vaste réorganisation industrielle. Il construit alors le plus grand réseau de salles de cinéma, produit plus de 65 longs métrages de fiction, modernise les studios et les salles pour les adapter au cinéma parlant.

EN SAVOIR PLUS 


CYCLE « DICTATURES ET RÉPRESSION »

ALERTE

La société Warner qui nous avait donné début mars, les droits de projeter Amarcord le 6 mai,  nous a informé le 15 avril seulement qu’elle n’avait plus le droit d’autoriser la projection.
Le 6 mai prochain, nous vous projetterons donc le film prévu en juin : « 20 jours sans guerre » d’Alexeï Guerman, ce qui nous permettra de vous proposer un autre film sans précipitation le 10 juin.

Merci de votre compréhension 

*

Projection du film
20 JOURS SANS GUERRE
de Alexeï Guerman
Samedi 6 mai 2017 à 10h30
au cinéma les 7 Parnassiens

Loupatine, écrivain célèbre, correspondant de guerre sur le front en 1943, bénéficie d’une per- mission de 20 jours. Dans le train qui le ramène à Tachkent pour y rencontrer la famille d’un camarade mort au front, il reçoit les confidences d’un soldat trompé par son épouse, il croise le regard d’une jeune femme en pleurs, il écoute, il regarde. À Tachkent, il assiste au tournage d’un film réalisé à partir de ses notes, il fête le nouvel an 1943, il va vivre un amour court mais intense en un mot : il va vivre 20 jours sans guerre.

Ce film inspiré d’une nouvelle de Constantin Simonov, célèbre écrivain du Parti communiste, décrit le décalage de la guerre et de l’idée qu’en donnent les films de propagande. Le film est d’une audace telle que Simonov en personne n’a pu le rendre acceptable au Parti.

Le film avait été cependant présenté à Cannes, sans que Guerman soit autorisé à s’y rendre. Alexeï Guerman est un des plus grands réalisateurs russe contemporain et l’un des moins connus en France.

Après la projection rencontre avec Denitza Bantcheva, historienne de cinéma et vice-présidente du jury du prix Lumière.

EN SAVOIR PLUS

Protected with SiteGuarding.com Antivirus