Menu

Actualités

INVITATION

L’association germaine Tillion organise pour le Xe anniversaire de sa mort un colloque à la Sorbonne le 7 juin prochain.

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME

INVITATION

Une projection exceptionnelle, à ne pas manquer pour comprendre les enjeux étouffés de la révolution espagnole :
Le jeudi 7 juin 2018 à 19h suivi d’un débat en présence de Aimé Marcellan, Angel Carballeir, Francis Pallares (tous trois des cahiers du CTDEE)
Paris’Anim ; Centre Place des Fêtes – 2/4 rue des Lilas 75019 Paris – Entrée gratuite

L’association 24 août 1944  présente :

La révolution s’arrêta en Mai.
De Mikel Muñoz (80mn)
Sous-titré en français (2017)

Printemps 1937, la guerre civile espagnole est à son apogée. L’armée républicaine et les milices des partis et des syndicats, luttent contre les troupes franquistes. À des centaines de kilomètres à l’arrière du front, le gouvernement ordonne l’assaut du Central téléphonique de Barcelone qui est géré par la CNT. Les militants anarchistes (CNT, FAI et Jeunesses Libertaires) et ceux du POUM résistent et une grève générale éclate ; de terribles affrontements ont lieu entre d’une part anarchistes et militants du POUM et d’autre part les forces gouvernementales sous l’influence des communistes staliniens… À voir !

SORTIE

« Sous la Schlague » par Henriette Lasnet de Lanty
Comment une femme au foyer se retrouve à Fresnes-Sarrebruck-Ravensbrück-Schönfeld (1943-1945).

Le Félin. Collection Résistance Liberté-Mémoire. Préface de Geneviève de Gaulle. Présentation de Philippe Mezzasalma. Parution mai 2018.

Henriette Lasnet de Lanty a 47 ans en 194. Femme au foyer, elle s’occupe de ses cinq enfants dans le XVIème arrondissement de Paris. Personne ne se doute que, sous son apparente tranquillité, elle participe activement à la Résistance. Servant de boîte aux lettres, elle récupère les informations d’agents de Normandie et distribue les consignes et les ordres de mission aux agents parisiens en allant faire ses courses. Quand le réseau tombe, elle est dénoncée et arrêtée.

Prisons françaises, sordides interrogatoires, déportation, convois inhumains, camps de Ravensbrück, Schönfeld… Sabotage des pièces qu’on lui demande de fabriquer…En 1945, elle se retrouve avec un groupe de Françaises qui marchent à pied en direction de la France, en se protégeant des règlements de comptes, des rencontres inopportunes : les Américains qui n’ont que faire de ces femmes qui encombrent les routes, des soldats français qui se méfient de celles qu’ils pensent être venues ici travailler de leur plein gré ! C’est seulement à la dernière étape de leur retour qu’elles réussissent à monter dans des wagons à bestiaux !

INVITATION

 

INVITATION

 

L’ILE AUX CHIENS

Ciné histoire vous recommande le film de Wes Anderson « L’ile aux chiens »,  fable politique animalière.

J’AVAIS QUINZE ANS

Ciné histoire et Alain Braun ont produit des copies du film de Frank Cassenti « j’avais 15 ans » sur la vie d’André Kirschen seul rescapé du procès de la Maison de la Chimie en 1942. Si vous êtes intéressés nous pouvons vous les envoyer par poste. Participation aux frais : 8 euros.

JEAN MOULIN, ÉCRITS ET DOCUMENTS DE BÉZIERS À CALUIRE

Tome 1 L’homme privé, le haut fonctionnaire républicain
Tome 2 Rex, représentant du général de Gaulle et fondateur du C.N.R
François Berriot
Avant-propos de Daniel Cordier, Postface de Bernard de Gaulle

Ce livre en 2 tomes met au jour pour la première fois, l’essentiel des « Écrits de Jean Moulin » lui-même, puisque seul avait paru, posthume et préfacé par le Général de Gaulle, « Premier combat », en 1947 aux éditions de Minuit. Le Tome 1 rassemble les écrits de l’homme privé et du haut fonctionnaire. Le Tome 2 réunit l’essentiel des textes rédigés par Jean Moulin ou adressés, à lui, par le général de Gaulle et ses conseillers – concernant la Résistance, textes aujourd’hui rassemblés par Daniel Cordier, son secrétaire et biographe, qui a ouvert pour la première fois sa collection privée.

François Berriot est professeur émérite des Universités et vice-président de l’Association nationale des amis de Jean Moulin. Depuis douze ans, il étudie la personnalité de Jean Moulin et celle de quelques-uns de ses agents.
Broché – format : 15,5 x 24 cm
ISBN : 978-2-343-14200-5 • 19 mars 2018 • 1488 pages  – 59 €

CONFÉRENCE PAR HENRIETTE ASSÉO :  » LE GÉNOCIDE NAZI DES TSIGANES « 

LA MAISON ROUGE – 19 AVRIL 2018

Historienne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et spécialiste de l’histoire des Tsiganes en Europe, Henriette Asséo présentera la politique nazie d’extermination des Tsiganes dans l’Europe occupée et plus particulièrement à l’encontre des Tsiganes (Sinti et Rom) d’Allemagne et d’Autriche.
En lien avec l’exposition « Ceija Stojka (1933-2013) Une artiste Rom dans le siècle », visible à la Maison Rouge jusqu’au 20 mai, l’historienne illustre ses propos à travers le témoignage de l’artiste, déportée à l’âge de 10 ans, avec sa mère et d’autres membres de sa famille.
Ce témoignage a été recueilli pour le film « Mémoires Tsiganes, l’autre génocide » (Kuiv 2011, réalisé par Henriette Asséo, Idit Bloch et Juliette Jourdan).
Henriette Asséo revient sur l’histoire méconnue de la persécution des Tsiganes. Cette histoire trop longtemps cachée, oubliée, invisible. Enfin, cette rencontre permet de comprendre le contexte historique et la spécificité du sort des Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale.
Une rencontre à ne pas manquer pour comprendre les mémoires Tsiganes au cours de la Seconde Guerre mondiale, et l’histoire de ces familles, souvent incomprises.

En partenariat avec le Mémorial des martyrs de la Déportation, Haut lieu de la mémoire nationale

Informations pratiques

19 avril 2018 | 19h00 | La Maison Rouge – 10 boulevard de la Bastille, 75012 Paris
Gratuit | Inscription nécessaire le billet ne donne pas accès aux expositions
Renseignements et inscription : reservation@lamaisonrouge.org

Disparition d’Odette Christienne 

Ciné Histoire est triste d’annoncer la disparition de Madame Odette Christienne, adjointe de Bertrand Delanoë pour la Mémoire du monde combattant.

Cette proviseur du lycée Henri IV , veuve du général Christienne, français libre, aviateur dans l’escadrille Lorraine, était passionnément républicaine. Elle avait transmis les valeurs de la République à des générations d’élèves, avant de rejoindre B. Delanoë pour la Mémoire du monde combattant. Elle a œuvré pour mieux faire connaitre la Résistance aux parisiens en multipliant les initiatives et les brochures didactiques. Soutenant toutes les justes causes elle a œuvré entre autres pour l’édification d’une stèle à la mémoire des victimes de l’OAS.

Elle avait soutenu Ciné Histoire dès ses débuts en l’accueillant à l’Auditorium pour ses séances et les quinze années passées à ses côtés ont forgé une réelle amitié.

Nous ne l’oublierons pas !

Claude Pierre-Brossolette nous a quittés

Le plus jeune médaillé de la résistance (interrogé à 14 ans par la Gestapo) était le fils de Pierre Brossolette, et de la résistante sénatrice Gilberte Brossolette ainsi que le frère d’Anne Brossolette cofondatrice de Ciné Histoire.
Après une carrière de haut fonctionnaire, il avait assumé le Secrétariat général de l’Elysée,de 1974 à 1976 avant de devenir Président du Crédit Lyonnais de 1976  à 1982,puis de la banque Worms.
Il avait soutenu Ciné Histoire à nos débuts, et nous sommes très attristés de sa disparition.

 

 

 

MEDERIC, MAXIME, RAYMOND ET LES AUTRES… HÉROS OUBLIES 1940-1944

par laurent Védy

Acheter l’eBook

prix 5,00 €

Résumé : Ce livre retrace le combat inflexible mené contre l’occupant, et son séide vichyssois, par les trois frères Védy et leurs compagnons d’armes. Accusé d’être un chef de propagande communiste- terroriste, Maxime sera condamné à mort par un tribunal allemand et fusillé le 7 mars 1944 dans la clairière du Mont- Valérien. Juste avant de mourir, il reviendra sur son action en écrivant une dernière lettre à sa femme et à sa fille adoptive:  » j’avais déjà parcouru les deux tiers de mon existence, le tiers qui me sera enlevé cet après- midi sera compensé par l’immortalité de ma personnalité, car je meurs en bon français, conscient d’avoir toujours bien servi mon pays ».
Quinze jours plus tard, Médéric, le Délégué de la zone Nord à Londres, puis à l’Assemblée Consultative d’Alger, se suicide au cyanure lors d’un interrogatoire de la Brigade Spéciale.Il déclarera:  « Vous allez voir comment un français sait mourir ».



Septembre 2017

La Fondation de la résistance accueille son nouveau directeur historique : Fabrice Grenard.
Fabrice Grenard a publié plusieurs ouvrages : La France dumarché noir (Payot 2008) ; Maquis noirs et faux maquis (Vendémiaire 2011) ; Tulle , enquête sur un massacre(Tallandier 2014) et une légende du maquis , Georges Gingouin, du mythe à l’histoire (Vendémiaire 2014).
Ciné Histoire lui souhaite une activité fructueuse à la Fondation.

 

Disparition de Jacques Vistel, Président de la Fondation de la Résistance

Capture d’écran 2017-02-19 à 10.16.32 - copie

Lucie Aubrac ; J. Vistel ; Sylvie Lindeperg

Le 23 février à 17 heures en l’église Saint François Xavier (Paris VII) aura lieu une cérémonie religieuse à la mémoire de Jacques Vistel.
L’association Cine Histoire doit beaucoup à Jacques Vistel qui avait organisé avec Nicole Dorra en 1998 le premier festival du film sur la Résistance française. Le succès de ce festival a conduit à la création de Cine Histoire en 2003.
Conseiller d’état, Jacques Vistel avait été le premier président de Mémoire et Espoirs de la Résistance, avant de devenir Président de la Fondation de la Résistance en 2009, après une carrière bien remplie dans le monde de la Culture.

 

Exposition : Des galeries d’art sous l’Occupation
Une histoire de l’histoire de l’art

Exposition présentée par la galerie Frank Elbaz, la commissaire de l’exposition étant l’historienne Emmanuelle Polack.
Le marché de l’art à Paris est florissant pendant la période de l’Occupation allemande. Les premières saisies des biens juifs ont lieu quelques jours après l’arrivée des troupes allemandes : tous les circuits de la vente des œuvres d’art vont en bénéficier – galeries, maisons de ventes aux enchères publiques… L’exposition présente de nombreuses archives (journaux, textes divers, photos, archives audiovisuelles de vernissage d’expositions…).

Galerie Frank Elbaz : 66, rue de Turenne, 75003 Paris.
Du mardi au samedi de 10h à 18h, jusqu’au 11 mars

 

Livre : Daniel Bénédite – Un chemin vers la liberté sous l’Occupation (du comité Varian Fry au débarquement en Méditerranée – Marseille – Provence 1940-1944)

9782866458508Récit de Daniel Bénédite, présenté par Jean-Marie Guillon, professeur émérite des Universités, spécialiste de l’histoire des années 1940 et de la Provence contemporaine, et Jean-Michel Guiraud, agrégé et docteur en histoire, président-fondateur de l’association Varian Fry – France, spécialiste de l’histoire de la vie intellectuelle et artistique à Marseille.

Bras droit de Varian Fry au Centre américain de secours, prenant sa suite lorsqu’il est expulsé de France, Daniel Bénédite est l’un des principaux artisans de la « filière marseillaise » qui permet à des intellectuels, des savants, des artistes, des réfugiés antinazis souvent juifs de quitter l’Europe. Lié à la direction du mouvement Franc-Tireur, arrêté plusieurs fois, défendu par Gaston Defferre, il part fonder un chantier forestier dans le Var pour camoufler ses activités clandestines et celles de ses amis. Emprisonné à Marseille, il est le témoin privilégié de la libération de la Provence.

Texte accompagné de photographies et d’une sélection de sa correspondance avec Varian Fry pendant et après la guerre.

Editions du Félin, collection Résistance – Liberté-Mémoire, 576 pages, 29 €. Paru le 12 janvier 2017.