Menu

« Auschwitz et après »

Ciné-Histoire vous offre en ligne la représentation d’une pièce qu’elle avait fait jouer en 2005 à l’Auditorium de la Ville de Paris Auschwitz et après de Charlotte Delbo. Avec deux avertissements : d’une part la qualité moyenne de l’image, due à un transfert de support vidéo, et d’autre part la dureté de certains passages pour des personnes sensibles ! Mais le texte bouleversant et la qualité des interprètes nous a incités à vous les montrer.

Qui était Charlotte Delbo ? Jeune communiste, elle épouse le militant Georges Dudach, en 1936. Avec une formation de secrétaire, parlant anglais, italien, espagnol et un peu d’allemand, elle écrit pour le journal communiste Les cahiers de la jeunesse. Après une interview de Louis Jouvet, celui-ci en fait sa secrétaire, puis, la met en charge des relations du théâtre de l’Athénée avec l’occupant. En mai 41, après hésitation, elle part avec Jouvet et la troupe pour une tournée en Amérique du sud sous l’égide du gouvernement de Vichy. C’est à Buenos Aires qu’elle apprend qu’un de ses amis a été condamné à mort pour détention de tracts, par un tribunal spécial appliquant une loi rétroactive. Elle décide alors de rentrer en France pour participer à la Résistance clandestine, malgré l’insistance de Louis Jouvet.
Elle est arrêtée avec son mari, le 2 mars 1942 et est déportée le 24 janvier 1943 pour Auschwitz. C’est un convoi de 230 femmes venant de toute la France, et de toutes classes sociales. C’est le seul convoi de déportées politiques françaises envoyé à Auschwitz. Dans ce convoi dans se trouvent Marie-Claude Vaillant-Couturier, Danièle Casanova, et d’autres personnalités connues. Arrivées le 27 janvier, les femmes entrent à Auschwitz en chantant la Marseillaise !
Charlotte Delbo sera l’une des 49 rescapées du convoi. Elle reprend son travail auprès de Louis Jouvet et décide d’écrire sur son expérience, mais à publier vingt ans après, car elle souhaitait que ce ne soit pas seulement un témoignage mais une œuvre. Ses textes en font « l’écrivain de la déportation » sur le même plan que Robert Antelme et Primo Levi.
C’est pourquoi nous avons choisi de vous montrer cette pièce.

Textes de Charlotte Delbo :
Le Convoi du 24 janvier, Paris, Les Éditions de Minuit, 1965 (réédité en 1978 et 1995).
Aucun de nous ne reviendra, Paris, Gonthier, coll. « Femme », 1965 (rééd. aux Éditions de Minuit en 1970 avec le surtitre Auschwitz et après I.
Une Connaissance inutile, Auschwitz et après II, Paris, Les Éditions de Minuit, 1970.
Mesure de nos jours, Auschwitz et après III, Paris, Les Éditions de Minuit, 1971.

Biographies :

– Ghislaine Dunant, Charlotte Delbo la vie retrouvée (Grasset 2016)

– Violaine Gelly et Paul Gradvohl, Charlotte Delbo (Fayard 2013)