Menu

VIDEO – Lucie Aubrac (février 2005)

Lucie Aubrac enregistrée le 14 février 2005 au collège Evariste Gallois de Bourg-la-Reine.

0:02:07 Qu’est-ce que la Résistance ?
0:10:50 Savoir désobéir et s’opposer
0:26:16 Premier acte de refus
0:33:31 La solidarité
0:37:56 Du tract au journal clandestin
0:45:30 Venir en aide aux enfants juifs
0:49:53 La lutte armée
0:53:37 Pour une France libre et démocratique

Jeune enseignante d’histoire dans les années 1930,  Lucie Bernard prend très vite conscience de la nature du nazisme, confortée par son séjour à Berlin pour les jeux olympiques de 1936. Elle milite aux jeunesses communistes. Elle rencontre Raymond Samuel qu’elle épouse en décembre 1939. Mobilisé, Raymond est fait prisonnier le 21 juin 1940 à Sarrebourg ; Lucie réussit à le faire évader, c’est sa première opération d’évasion (les autres feront sa réputation !). Le couple s’installe à Lyon et le nom de guerre de Raymond, devient Aubrac, patronyme qu’ils garderont après- guerre.

Lucie s’est illustrée par son action pendant la guerre en participant à la création du mouvement Libération-Sud, et en développant le journal du même nom. Tout en travaillant aux taches ordinaires (faux papiers, caches de pourchassés), elle organise avec intrépidité et une audace peu commune des évasions spectaculaires (celle de Serge Ravanel et par 3 fois celles de son mari).

Elle a continué son action militante après-guerre (sur la décolonisation, l’évolution de la condition féminine, et les problèmes de société tels que l’aide aux réfugiés). A sa retraite, elle témoigne inlassablement dans les établissements scolaires et s’efforce de communiquer aux jeunes générations les valeurs de solidarité, de fraternité, et de justice.

Lucie Aubrac s’est éteinte le 14 mars 2007 et lors des honneurs militaires qui lui ont été rendus à l’Hôtel national des Invalides le président Chirac a insisté sur le fait que la cohésion nationale était un combat de tous les jours !