Menu

Décès de Léon Zyguel

Décès de Léon Zyguel

Léon Zyguel est né en 1927 à Ménilmontant dans une famille ouvrière de six enfants, d’origine polonaise, juive non pratiquante. Après l’arrestation du père, le 20 août 1941 et la Rafle du Vel’d’Hiv du 16 juillet 1942, la famille a tenté de se réfugier en zone non occupée. Hélène, Marcel, Maurice et Léon – les quatre plus grands – sont partis les premiers, leur mère devait les rejoindre avec les deux plus petits. Fin juillet, Léon, sa soeur et ses deux frères sont arrêtés. Le 26 août, ils sont transférés à Drancy, où ils retrouvent leur père, puis à Pithiviers , avant d’être déportés ensemble à Auschwitz, le 21 septembre, par le convoi n°35 (1000 déportés, 29 survivants). Son père et sa soeur ne revinrent pas. En janvier 1945, il a survécu à l’effroyable évacuation des camps, connue sous le nom de «Marches de la Mort», décidée par les SS fuyant devant l’armée soviétique. Parvenu au camp de Buchenwald et devenu membre de la Résistance, c’est en participant à l’insurrection du 11 avril 1945 qu’il a connu la libération. Arrêté à quinze ans, c’est le jour de ses dix-huit ans qu’il a retrouvé Paris. C’était le 1er Mai 1945.

Il fait preuve d’une grande humanité en choisissant de faire prisonniers ses gardiens afin qu’ils soient jugés. Par la suite, il a été témoin au procès Papon et a été président du Comité Tlemcen (association pour la mémoire des enfants juifs déportés du 20e arrondissement), Comité qui a initié les poses de plaques dans toutes les écoles de Paris où des enfants ont été déportés. Il a récemment été acteur de son propre rôle dans le film Les héritiers actuellement sur les écrans.

Actualités

Vos Commentaires