Menu

Séance spéciale Pierre Mendès France/ Ciné Histoire – 26 novembre 2019

Séance spéciale Pierre Mendès France/ Ciné Histoire – 26 novembre 2019 – A l’Auditorium de l’Hôtel de Ville
Projection du film de François Lanzenberg et Brigitte Matron, « L’empreinte »

En ces temps incertains, nous avons eu la nostalgie de Pierre Mendes France, homme d’un singulier destin, sans doute un des plus exceptionnels de son temps, et nous avons voulu rappeler son parcours ou le faire découvrir aux rares jeunes qui ne le connaîtraient pas.

Mendes France a très peu gouverné, 7 mois et 7 jours, mais l’autorité intellectuelle et morale, l’influence nationale et le rayonnement international ne se mesurent pas à l’aune de la longévité gouvernementale. Pierre Mendes France est surtout connu comme homme politique mais son parcours pendant la Seconde Guerre mondiale, son lien fort avec le général de Gaulle l’est beaucoup moins, de même que le procès dont il a été injustement victime et qui marquera toute sa vie.
Plus jeune avocat de France et plus jeune député en 1932, lieutenant de réserve, Pierre Mendes France réclame en 1939 une affectation au front alors que son mandat de député lui aurait permis de rester à l’arrière !

A la signature de l’armistice, il veut continuer le combat en Afrique du Nord. Il s’embarque donc avec d’autres parlementaires sur le Massilia qui va vers le Maroc. Arrivé à Casablanca, il est arrêté avec d’autres pour désertion. Ramené en France, il est incarcéré et jugé en mai 1941 par un tribunal militaire à Clermont-Ferrand. Un tribunal au garde-à-vous, comme l’a écrit Jean Denis Bredin ! C’est l’exemple même du procès politique, comme celui de Jean Zay. Il est condamné à 6 ans de prison, la dégradation et la parte de ses droits civiques, civils et familiaux. Ceci marquera toute sa vie !

Pierre Mendes France vilipendé par certains comme « bradeur d’empire » a en fait, été un bâtisseur de paix : il a conclu les accords de paix de Genève, qui ont donné l’indépendance au Vietnam, au Cambodge et au Laos ; il a donné l’autonomie à la Tunisie et au Maroc, ce qui a favorisé une évolution pacifique des pays francophones d’Afrique du Nord. Témoin impuissant du démarrage de la guerre d’Algérie, il a quitté le gouvernement quand les moyens employés lui ont paru douteux ! Et, bien après son retrait de la vie publique, il a œuvré au rapprochement israélo-palestinien, en réunissant à son domicile, le dirigeant officiel du parti travailliste israélien Lova Ellia et celui de l’OLP, le palestinien Issam Sartaoui, ce qui était une première !

La vie de Pierre Mendes France a été de servir même en dehors du pouvoir. Comme le dit Jean Lacouture, « le grand Pierre Mendes France s’est passé en dehors du pouvoir ».

Cet homme d’action est d’une rigueur morale dont nous avons peu d’exemples maintenant, rigueur qu’il avait en commun avec le général de Gaulle. Ils avaient une même conception de la France sur deux valeurs essentielles : indépendance nationale et défense des libertés. De Gaulle disait de lui « C’est un cheval qu’on attelle pas ». Il nous laisse à nous une grande nostalgie.